Ondjaki (Ndalu de Almeida) - Etape n°7

Angola


Les Transparents, aux éditions Métailié, 2015, traduit par Danielle Schramm.
Récompensé du prix Littérature Monde 2016
.

Disponible au prix de 7,90 euros sur La Librairie.com (aux éditions Points).


Les Transparents - Ondjaki


Quatrième de couverture : 


Une source d'eau douce, ou une fuite intarissable, s'est ouverte au premier étage d'un vieil immeuble délabré du centre de Luanda. Les habitants s'y croisent. Il y a Amarelinha, la brodeuse de perles, et le jeune MarchandDeCoquillages, toujours accompagné de l'Aveugle, qui voit le monde à travers ses odeurs. Il y a GrandMèreKunjikise qui connaît le pouvoir des mots anciens. Il y a MariaComForça, qui vend du poisson grillé, et son mari le débrouillard qui monte une salle de cinéma sur le toit de l'immeuble. Le Facteur qui réclame une mobylette pour sa tournée. Le CamaradeMuet qui écoute du jazz. Paizinho, le jeune garçon qui cherche à la télévision sa mère dont il a été séparé par laguerre. Et il y a Odonato, le nostalgique qui devient lentement transparent. 

L'immeuble abrite aussi des directeurs de ministères de passage, des journalistes, des chercheurs, des contrôleurs, tous intéressés par les richesses du pays et de la ville africaine : pétrole ou eau potable. Corruption ou bien public. 

Mon avis : 


Embarquez-vite avec ce roman picaresque que nous a concocté Ondjaki. Venez vous installer au coeur de cet immeuble luandais, et rencontrez ses multiples personnages hauts en couleur. Ce que nous propose l'auteur, c'est d'investir chacune des vies de ces habitants, de s'attarder sur les hommes et les femmes transparents, que la société rend transparents. 

Ce roman plein d'humour, de tendresse, de poésie, avec ses touches tragiques, met en lumière une Angola en plein chamboulement sociétal et économique. Ondjaki, qui sublime ces petites gens qui, par n'importe quel moyen tentent de survivre, s'attaque aussi à la vie politique qui est gangrenée par la corruption et les intérêts financiers. Cela donne des passages satiriques, grinçants. 

L'auteur angolais nous offre un portrait contrasté de la capitale angolaise. L'immeuble rayonne par sa solidarité entre les occupants tandis que la ville est profondément marquée par l'intérêt personnel (recherche de l'or noir, braquages...). Un monde à deux vitesses, dont l'issue finale ne peut être, pour l'auteur, que tragédie.


La semaine prochaine, nous irons sur les traces, peut-être, de la poésie d'Anguilla.
Ondjaki (Ndalu de Almeida) - Etape n°7 Ondjaki (Ndalu de Almeida) - Etape n°7 Reviewed by Un pays & un livre on dimanche, avril 09, 2017 Rating: 5

Aucun commentaire