Chi Li - Etape n°42 (Extra)

Chine


Pour qui te prends-tu ?, 2007, aux éditions Babel. 

Traduit par Hervé Dénès. 

Roman disponible sur La Librairie.com au prix de 6,60 euros.



Pour qui te prends-tu ? - Chi Li


Quatrième de couverture :


Convoqué à un conseil de famille mouvementé, Lu Wuqiao; aîné de quatre enfants, est chargé de trouver une solution rapide et efficace aux problèmes de ses frères et soeurs : l'infortunée Lu Zhangzhu, abandonnée par son mari ; la délicieuse Lu Wuli, dépendante et immature ; Lu Jianshe, qui gagne sa vie en escroquant les naïfs au bonneteau. 

Divorcé, en butte à d'innombrables difficultés professionnelles, Lu Wuqiao tombe quant à lui amoureux d'une étudiante...


Mon avis : 


Après la découverte du Chili, voici Chi Li, pour la Chine. Bon d'accord, j'arrête les jeux de mots. Je vous présente l'une des voix les plus représentatives du mouvement néo-réaliste de la littérature chinoise contemporaine. 

Pour qui te prends-tu ? est un roman désopilant. Il démarre de manière rocambolesque avec l'annonce d'un décès familial alors que notre héros s'apprêtait à profiter tranquillement de son long week-end, et on sent, très vite, que ça lui pose problème d'être dérangé ainsi. 

Dès les premières pages, je fus happé par le ton ironique qui règne, par petites touches, dans le récit de Chi Li. Cela promet du rire et de la prise de conscience, ce qui ne manque pas dans ce condensé de 150 pages. 

L'auteure chinoise est brillante car, en mettant en scène une vie de quartier et en se centrant en particulier sur une famille, elle décortique les contradictions de la Chine moderne : celle qui rêve encore d'un idéal communiste, celle qui s'est "relevée" grâce aux sacrifices de la classe ouvrière aujourd'hui délaissée, celle des opportunités, celle des nouveaux riches, celle des divorcés. 

En s'attaquant au socle familial, Chi Li dynamite tout et montre à quel point l'équilibre demeure fragile. La famille, ce microcosme, devient l'exemple, l'image même de la Chine qui se fracture, qui avance à deux vitesses (le creux entre pauvres et riches, l'abandon de la tradition au profit d'une modernité volatile...). 

Ce livre se dévore et les personnages, bien qu'hilarants, demeurent toujours tendres. Le regard que porte Chi Li sur eux n'est pas offensant. Elle exhibe surtout le ridicule qui parfois les concerne. 

Une lecture délicieuse donc ! 



La semaine prochaine, on va se dorer la pilule à Chypre. 
Chi Li - Etape n°42 (Extra) Chi Li - Etape n°42 (Extra) Reviewed by Un pays & un livre on dimanche, décembre 17, 2017 Rating: 5

Aucun commentaire