Jakuta Alikavazovic - L'Avancée de la nuit

Prix du Meilleur Roman 

Chronique n°2


L'avancée de la nuit - Jakuta Alikavazovic



L'Avancée de la nuit de Jakuta Alikavazovic, 2018, aux éditions Points.

Révélation Française 2017 selon le magazine Lire.

La Librairie.com propose ce roman pour 7,50 euros.


Quatrième de couverture :


Paul est étudiant le jour, veilleur dans un hôtel la nuit. Seules les allées et venues de l'énigmatique Amélia, riche héritière qui y occupe une chambre à l'année, viennent rompre la monotonie de son service. Fasciné par les mystères qui l'entourent, Paul tombe fou amoureux. Ils s'aiment passionnément. Jusqu'au jour où Amélia part subitement pour Sarajevo, à la recherche de sa mère disparue.

Mon avis :


Plus la nuit avance, plus on aperçoit la lumière au bout du tunnel... Une lumière blafarde, crue, qui ne réchauffe pas les coeurs mais creuse, met en relief les blessures, les cicatrices de l'amour.

C'est ainsi que se compose ce roman de Jakuta Alikavazovic qui n'est autre que le récit de deux âmes qui ne parviennent pas à s'accorder, comme deux instruments qui essaieraient de jouer la même mélodie et qui ne suivent pas la même partition. Face à ce couple, notre coeur de lecteur est déchiré. Ils ne parviennent pas à trouver cette harmonie. Bien qu'ils la cherchent, sans cesse elle leur échappe.

L'écriture scrute ce qui dépasse l'entendement.
L'écriture puise dans les secrets du désir, de la passion.
L'écriture est le point d'orgue de ce roman.

En effet, la langue de Jakuta Alikavazovic ne sera pas accessible à tous au premier abord. Complexe, tortueux, essoufflé aussi, le phrasé de L'Avancée de la nuit suit un rythme qu'il faut apprivoiser, dompter, et qui peut, je le concède, dérouter et sortir de la lecture. Parfois, moi-même, j'ai buté sur certains passages, me suis repris à deux fois sur un paragraphe, non pour comprendre, mais pour saisir la subtilité en jeu.

C'est une narration qui se focalise essentiellement sur la psyché, sur le comportement humain, sur l'indicible. Dès lors, le narrateur ne semble pas avoir toutes les réponses, pas immédiatement, alors cela donne des pensées qui se cherchent, se construisent au fur et à mesure. A la manière de Jean-Luc Lagarce, ou si on pousse un peu, de Proust. La langue voulant englober, sans certitude, le réel.

Un roman bon littérairement parlant.

Un roman casse-patte oisivement parlant.

Je termine sur cette note un peu contrastée cet avis, en soulignant par ailleurs, que je n'ai apprécié ce roman de Jakuta Alikavazovic qu'aux deux tiers, la dernière partie me semblant moins réussie, moins aboutie.
Jakuta Alikavazovic - L'Avancée de la nuit Jakuta Alikavazovic - L'Avancée de la nuit Reviewed by Un pays & un livre on mercredi, août 29, 2018 Rating: 5

2 commentaires

  1. Réponses
    1. Je cite Proust pour donner un référent en terme de longueur de phrase. Après, elle ne lui arrive pas à la cheville, c'est certain, mais il y a un bon potentiel :)

      Supprimer