Katie Kitamura - Les Pleureuses

Prix du Meilleur Roman 2019

-

Chronique n°5


Katie Kitamura - Les Pleureuses



Les Pleureuses de Katie Kitamura, 2018, aux éditions Points.

Traduit par Denis Michelis.

La Librairie.com met en vente ce roman pour 7,50 euros.


Quatrième de couverture :


Elle est séparée de Christopher depuis six mois. À sa demande à lui, ils n'en ont rien dit. Elle a refait sa vie. Puis Christopher disparaît. Il a été vu pour la dernière fois dans un hôtel désolé du Péloponnèse. Quand sa belle-mère, ignorante, lui demande de partir sur les traces de son mari, dans ce paysage touristique ravagé par les incendies, elle accepte. Pourquoi ? Le sait-elle seulement ?


Mon avis :


Triste constat que de se rendre compte que le roman Les Pleureuses ne m'a fait couler aucune larme.


Moi qui m'attendais à une pluie torrentielle d'émotions, de me noyer dans un flot impétueux de sensations, me voilà aussi sec qu'un saucisson... Pour être plus direct, je suis à court d'arguments pour défendre un minimum ce livre de Katie Kitamura.


Qu'est-ce qui fait qu'en général je peux facilement décrocher d'une lecture ?


Sa prévisibilité. Quand je devine à l'avance ce qu'il va se passer, mon plaisir s'amoindrit. Paradoxalement, dans le cas de ce roman, c'est tout le contraire. Je ne savais pas, à mesure que je lisais, où le récit voulait nous mener. Comme si l'auteure elle-même ne s'était toujours pas décidée sur ce qu'elle voulait raconter : un polar un peu déroutant ? un portrait contemporain des relations amoureuses ? une quête existentielle ?


Ne choisissant pas le registre, ou ne parvenant pas bien à le définir, je me suis perdu dans ce gloubi-boulga de réflexions intérieures. Je préfère quand ma lecture est comme une danse. Je m'offre à la narration pour qu'elle me conduise, au rythme de sa mélodie, qu'elle me fasse virevolter, tournoyer, tout en ne forçant jamais les variations et avec une vraie conclusion.


Or, cette expérience se termine comme elle a commencé : dans le flou.


Et c'est un deuxième paradoxe parce que l'écriture s'attarde sur énormément de détails (comme la description du contenu des assiettes commandées) qui ralentissent considérablement l'avancée de la fiction.


En résumé, Les Pleureuses se sont transformées en douloureuses pour ma part. 


Katie Kitamura - Les Pleureuses Katie Kitamura - Les Pleureuses Reviewed by Un pays & un livre on samedi, septembre 29, 2018 Rating: 5

Aucun commentaire