Ersi Sotiropoulos - Etape n°73

Grèce


Zigzags dans les Orangers, 2003, aux éditions Maurice Nadeau.

Traduit par Clio Mavroeidakos-Muller et Michel Volkovitch.

Roman disponible sur La Librairie.com pour 18,25 euros.



Zigzags dans les orangers - Ersi Sotiropoulos


Quatrième de couverture :


Un été en Grèce de nos jours. Deux lieux : Athènes, un village au bord de la mer. 


Cinq personnages principaux : une femme gravement malade à l'hôpital ; son frère, un jeune oisif ; un infirmier mal dans sa peau ; une très jeune fille révoltée ; un oiseau qui parle. 


Mon avis :


J'ai eu beau zigzaguer entre les orangers d'Ersi Sotiropoulos, je m'y suis paumé...

Sans mauvais jeu de mots, je ne suis pas rentré dans cette fiction qui a tout de même des qualités d'écriture notables. En effet, l'auteure grecque est épatante dans ses descriptions pittoresques d'un village, nous permettant d'admirer les paysages et les couchers de Soleil sur le Mont Atros (par exemple).


De plus, l'auteure semble avoir une obsession avec les arbres. En feuilletant les pages de ce livre, vous découvrirez le catalogue végétal que propose la Grèce... 


En revanche, impossible d'apprécier les personnages. Moroses, voire morbides, les "héros" de ce roman, dont les histoires s'entremêlent étrangement, ne provoquent aucune empathie. Ils sont secs, mènent presque des vies de dépressifs, mais là encore, il n'y a rien dans la fiction qui pourrait nous décrocher la larmichette, nous procurer de la tendresse pour eux.


On reste à distance. Et si ce roman doit être le portrait de la société contemporaine grecque, c'est un peu maussade. 


Attention, je ne suis pas un bisounours. Je ne demande pas à ce que les romans soient positifs. J'ai, entre autres, adoré la lecture de Miljenko Jergovic alors que le personnage principal et le récit étaient âpres. Il y avait des motifs, des causes à cette atmosphère. Là, j'en ai pas eu l'impression.


En résumé, ça manquait soit de poésie, soit de tragédie, soit d'absurdité, d'un je-ne-sais-quoi qui aurait rendu ces récits de vie palpitants. D'autant que certains éléments "mystérieux" qu'elle dissémine dans le roman sont en fait très prévisibles. J'ai dû passer à côté de l'humour et de l'ironie de cette auteure, sans doute.


Rendez-vous après les vacances à Grenade.

Ersi Sotiropoulos - Etape n°73 Ersi Sotiropoulos - Etape n°73 Reviewed by Un pays & un livre on dimanche, octobre 14, 2018 Rating: 5

Aucun commentaire