Feuilles (Leaves) - Parenthèse théâtrale n°3

Lucy Caldwell


Feuilles (Leaves), 2008, aux éditions Théâtrales.

Traduit par Séverine Magois.

Disponible sur le site de La Librairie.com pour 14 euros.



Feuilles (Leaves) - Lucy Caldwell



Quatrième de couverture :


La jeune Lori est de retour parmi les siens, à Belfast, après un premier trimestre dans une faculté londonienne où elle a tenté de mettre fin à ses jours. Ses parents et ses deux sœurs ne savent ni ne comprennent ce qui s'est passé au juste. 


Dans ce drame noué à l'ombre du conflit irlandais, le père et la mère, démunis, essaient de démêler l'écheveau de leur échec. Les trois sœurs s'efforcent quant à elles de définir ce qu'elles sont devenues les unes pour les autres au sortir de l'enfance.


Mon avis :


Quand l'Histoire avec un grand H rencontre l'histoire intime d'une famille, cela donne un texte d'une puissance incroyable.


Ici, le contexte tumultueux de l'Irlande s'immisce insidieusement à l'intérieur de cette maison et semble faire souffrir sournoisement l'aînée. Lucy Caldwell signe un drame d'une intensité folle, sans en faire une tribune politique. Elle oeuvre plutôt en silence, en non-dits, pour souligner la difficulté de panser les plaies, de communiquer sur nos blessures, ou celle de supporter ce monde.


Ses personnages sont poignants et déchirants. Les parents se noient, chacun à leur manière, dans la culpabilité, celle d'avoir échoué à rendre leur fille assez solide pour ce monde. Les sœurs font ressortir les fêlures de cette famille qui se croyait à l'abri des tragédies. Elles remuent les crises latentes.


C'est vraiment bouleversant !


C'est une épreuve pour moi de coucher sur le "papier" la vibrante émotion qui se dégage de cette pièce. Lucy Caldwell réussit un tour de force, celui de dérober votre coeur avec une écriture en apparence simple. Je finirai avec un exemple qui démontre la subtilité de la plume de cette dramaturge. Il s'agit du titre et de sa polysémie : Leaves signifie autant les feuilles qu'une notion de départ, voire d'abandon. En un mot délicat, résonne une complexité.


Bravo à Séverine Magois pour ce travail de traduction qui ne doit pas être de tout repos pour conserver la tension de la langue...


A découvrir au plus vite !


Rendez-vous dimanche pour le grand final théâtral.

Feuilles (Leaves) - Parenthèse théâtrale n°3 Feuilles (Leaves) - Parenthèse théâtrale n°3 Reviewed by Un pays & un livre on vendredi, octobre 26, 2018 Rating: 5

Aucun commentaire